Ava (Alba Baptista) était une orpheline tétraplégique qui, après avoir été tuée, est ressuscitée lorsqu’une auréole d’ange est incrustée dans son dos. Cela la conduit à l’OCS (Ordre de l’épée cruciforme), un ancien ordre combattant les démons sur terre. Les événements de la première saison culminent avec Ava libérant le démon que tout le monde croyait être l’ange qui a abandonné son auréole pour sauver la nonne guerrière d’origine. La deuxième saison s’ouvre avec Ava allongée avec Beatrice (Kristina Tonteri-Young), membre de l’OCS, toutes deux travaillant dans un bar et Beatrice continue d’entraîner Ava au combat et à l’utilisation de ses pouvoirs afin qu’elle soit prête pour le match revanche avec Adriel. Ava se sent coupable d’avoir été amenée à libérer Adriel (William Miller), qui a maintenant un culte dangereux qui le croit être un ange divin. Jillian Salvius (Thekla Reuten) continue de travailler sur son portail dans l’espoir de récupérer son fils. Lilith (Lorena Andrea) cherche Mary, dont personne ne sait si elle est morte ou vivante. Le père Vincent ( Tristán Ulloa ), qui est de mèche avec Adriel, tente de contrecarrer Lilith et la piège qui finit dans un bain de sang. L’OCS semble toucher à sa fin alors que leurs avant-postes sont en train d’être vaincus. Le pape nouvellement élu (Joaquim de Almeida) essaie de tenir les rumeurs à distance, tout en essayant de capter l’auréole.

Je dois offrir une divulgation complète, je n’ai pas regardé la première saison et, honnêtement, je n’avais pas entendu parler de la série avant qu’on me demande de faire la critique de la saison deux. Je connais la bande dessinée sur laquelle la série est basée mais je ne l’ai pas lue. Donc, j’entre dans la saison deux à l’aveugle avec peu de connaissances sur l’histoire de la série à ce stade et aucune perspective sur la façon dont elle se compare au matériel source. Cela étant dit, c’est complètement ma perte, car la série semble très bien faite et intéressante, mais je suis très confus et perdu dans ce qui se passe et ce qui se passe vraiment. Le premier épisode de la saison deux n’est pas un bon endroit pour essayer de se lancer dans la série. Même avec le prologue « Previously On » de l’épisode, je m’efforçais toujours d’utiliser le contexte pour remplir les blancs et déterminer qui était un bon gars, qui était mauvais, qui était un démon et Adriel était-il vraiment un ange ? À la fin de l’épisode, j’avais l’impression de bien comprendre les principaux points qui se sont déroulés dans la première saison et comment nous en sommes arrivés là où nous en sommes dans la saison deux.

Toute l’action du premier épisode de la saison deux se déroule dans différents endroits d’Europe, principalement en Espagne. Je vais supposer que la première saison est similaire. Je suis heureux qu’ils aient choisi des artistes européens. Alba est portugaise, Kristina Tonteri-Young est une actrice finnoise / néo-zélandaise, Tristán Ulloa est espagnol, Thekla Reuten est néerlandaise, et la liste est longue, mais il n’y a jamais eu un moment où je n’ai pas compris ce qu’ils disaient, eh bien sauf lorsqu’ils parlaient réellement une langue autre que l’anglais, mais des sous-titres étaient fournis. Le jeu des acteurs est plutôt bon et il y a de très bons moments. La valeur de production est également élevée avec la petite utilisation d’effets spéciaux mettant l’accent sur l’intrigue et ne la dépréciant pas. Les décors sont tous bien choisis, reliant l’histoire moderne aux riches traditions européennes et religieuses qui forment la toile de fond du spectacle. Les choix musicaux étaient bons avec un mélange équilibré de chansons préexistantes et de musique créée à l’origine. L’intrigue, bien qu’un peu déroutante, est intrigante et il y a beaucoup de place pour plus de développement de personnage au fur et à mesure que la série progresse.

La seule chose négative que je peux vraiment dire à propos de la série, c’est que le marché actuel semble être envahi par des intrigues de «fille forte avec des pouvoirs spéciaux combattant les grands méchants», ce qui donne presque l’impression que cette série est un peu clichée.