Spectacle d’horreur # 2 est le dernier numéro de la série d’anthologies de bandes dessinées en cinq numéros, de Skybound Divertissement et Bandes dessinées d’images, basé sur la série télévisée Shudder. Comme le numéro 1, le deuxième numéro présente deux histoires, chacune par une équipe créative différente. Spectacle d’horreur # 2 s’est glissé sur les étagères des bandes dessinées le 26 octobre, juste à temps pour Halloween. Vous pouvez trouver votre propre numéro, si vous l’osez, dans votre magasin de bandes dessinées local et sur les plateformes numériques.

SPECTACLE D’HORREUR #2 REVUE

La deuxième entrée pour Spectacle d’horreur devrait conserver la même formule que celle utilisée dans le numéro 1. La première histoire de ce numéro est L’arbre Gorgahmora. C’est l’histoire d’un arbre dont les racines ont poussé si profondément qu’elles ont atteint l’enfer et la fille qui était assise en dessous. Personnellement, je n’ai pas aimé cette histoire particulière. Des quatre histoires qui ont été publiées jusqu’à présent dans la série, c’est celle que j’aime le moins.

Probablement en raison de la nature d’une série d’anthologies et de la courte durée de l’histoire dans son ensemble, j’ai parfois eu du mal à suivre. J’ai trouvé le ton un peu brusque et dur, surtout dans certains dialogues des parents envers leur fille. S’il y avait eu plus de temps pour montrer une montée plus lente de la «colère» causée par les effets de l’arbre, cela aurait peut-être mieux fonctionné. Mais dans l’état actuel des choses, cela semblait trop soudain et choquant. Alors que certaines histoires bénéficient d’une longueur plus courte et d’une focalisation plus précise, L’arbre Gorgahmora Ce serait mieux avec quelques pages de plus pour étoffer le récit.

Rites du créateur est la deuxième histoire de ce numéro et présente ce qui se passe lorsqu’un fan d’un artiste de bande dessinée légendaire va trop loin. Cette entrée dans le Spectacle d’horreur L’anthologie était une lecture agréable et contenait une fin inattendue. L’histoire elle-même d’un artiste de bande dessinée légendaire qui regrette ce qui est arrivé à sa création semble proche de la réalité. Comme beaucoup dans l’industrie de la bande dessinée ont eu des situations similaires. Pourtant Rites du créateur n’est pas une histoire « d’horreur » typique, elle s’intègre toujours bien dans l’anthologie.

J’ai trouvé que le style artistique fonctionnait très bien pour l’histoire. J’ai particulièrement aimé le style artistique utilisé pour le personnage de bande dessinée. La qualité de l’art est un thème récurrent dans mes évaluations. Il s’est bien associé à chacune des histoires des deux problèmes jusqu’à présent. Spectacle d’horreur.

LES ÉQUIPES CRÉATIVES

David Lapham et Maria Lapham (Balles perdues) sont les co-auteurs de L’arbre Gorgahmorahh. David Lapham a également fourni les illustrations de l’histoire. Rites du créateur a été écrit par Steve Foxe (Razorblades: Le magazine de l’horreur), et l’art a été fait par Erica Henderson (Assassin Nation, Dracula, Motherf ** ker).

SPECTACLE D’HORREUR #2 MES DERNIÈRES PENSÉES

Numéro 2 de Spectacle d’horreur souligne la nature d’une série d’anthologies comme celle-ci. En termes simples, chaque histoire du numéro venant d’une équipe créative différente et d’une histoire totalement nouvelle, certaines seront plus fortes que d’autres. Bien que les préférences et les goûts personnels influent fortement sur le propre jugement de chaque lecteur sur ce qu’il trouve mieux. Comme pour le premier numéro, j’ai trouvé le numéro 2 un sac mélangé. Avec une entrée des deux dans le numéro étant plus agréable que l’autre. Dans l’ensemble j’ai aimé Rites du créateur plus que L’arbre Gorgahmorahh. L’art et le lettrage dans les deux étaient excellents, cependant, l’aspect de l’histoire de Rites du créateur J’ai trouvé plus amusant.

Il sera intéressant de voir dans les prochains numéros de la série si cette tendance d’une histoire est plus axée sur «l’horreur» et la seconde est un changement de ton. J’apprécie l’équilibre que procurent les lecteurs en donnant une saveur différente à chaque histoire. Par opposition à deux qui se sentent similaires sur le plan tonal. Cela donne aux lecteurs un bon changement de rythme lorsqu’ils tournent les pages du livre.

NOUS VOULONS DE VOS NOUVELLES

Êtes-vous enthousiasmé par Spectacle d’horreur #2 ? Aussi, avez-vous déjà eu l’occasion de lire le premier numéro, et si oui, qu’en pensez-vous ? Ce Hashtag Show veut avoir de vos nouvelles !

Vous pouvez nous dire ce que vous en pensez en laissant un commentaire ci-dessous. Vous pouvez également me trouver sur Twitter @TheIndianaSlone. Assurez-vous de rester au courant de l’actualité de votre bande dessinée en nous suivant sur ThatHashtagShow.com.

CONTINUE DE LIRE: